Partager

Dans un contexte politique marqué par la restauration du vote nature au Parlement européen, la viticulture du continent est confrontée à des défis pressants.

A la veille de l’événement phare de PROWEIN (Düsseldorf), l’Assemblée des Régions Européennes Viticoles (AREV) exprime sa profonde inquiétude face aux sombres perspectives du secteur. Les récentes manifestations n’ont débouché sur aucun engagement concret, et l’AREV appelle d’urgence à une prise de conscience et à une action de la part des nouveaux députés européens.

Il est clair que la viticulture européenne se trouve à un carrefour critique et l’AREV demande instamment aux futurs représentants du Parlement de ne pas négliger l’importance de ce secteur dans leurs discours et leurs agendas politiques. A moins de 100 jours du renouvellement du Parlement, l’AREV demande aux partis politiques d’honorer leurs engagements en faveur de la viticulture et appelle à une véritable volonté politique pour inverser la situation.

La préoccupation de l’AREV s’étend également à la baisse de la consommation de certains segments de vins et à l’impact dévastateur du changement climatique sur les vignobles. Nous préconisons des solutions qui adaptent la production à ces défis, en encourageant une collaboration étroite entre les régions, les pays et la Commission européenne. Au lieu de chercher des boucs émissaires, l’AREV préconise une approche commune pour trouver des solutions durables.

En cette période pré-électorale, l’AREV appelle à une mobilisation sans précédent des acteurs politiques et professionnels, les appelant à travailler ensemble à la recherche de solutions efficaces pour assurer l’avenir durable de la viticulture européenne.