Partager

Une baisse totale de 8% des aides (1er et 2e pilier et plan de relance)

Avec -31 milliards € : une proposition suggérant aux filières agricoles, dont la viticulture, de se débrouiller par elles-mêmes

La présidente Ursula von der Leyen a présenté ce jour ses propositions de budget européen remanié pour la période 2021-2027 et de plan de relance de l’économie de l’Union Européenne. 

La somme des annonces est substantielle et impose d’analyser dans le détail les orientations que la Commission européenne propose pour l’agriculture européenne et le développement des zones rurales. 

Une semaine en amont, la même commission adoptait les stratégies Farm to Fork et biodiversité soulignant l’importance de la sécurité alimentaire de l’Union Européenne, le rôle central des agriculteurs européens, tout en demandant aux co-législateurs de faire leurs un ensemble de mesures nouvelles qui aboutiraient, à PAC constante, à une réduction d’au moins 15% de la production agricole européenne et une décroissance tant agricole que rurale. 

Pour relever les défis qu’elle a dessinés, la Commission propose aujourd’hui un budget PAC 2021-2027 de 374,958 milliards d’euros courants et une dotation au titre de la relance économique de 16,483 milliards €. 

Un tel budget PAC est-il à la hauteur des promesses annoncées et des besoins des filières agricoles et zones rurales européennes ? 

Premier constat : en ce qui concerne le budget PAC (hors enveloppe de relance), la Commission ne fait que maintenir sa proposition de février dernier d’un budget PAC à peine étale en euros courants (maintien du 1er pilier, baisse de 6% du 2nd pilier) et en baisse drastique de 12% en euros constants, donc en valeur réelle pour les acteurs économiques agricoles et ruraux. 

Second constat : l’abondement du second pilier (développement rural) de 16,483 milliards € sur la période au titre de la relance économique – s’il permet de présenter un budget total en hausse en euros courants – est très loin de compenser les coupes budgétaires effectuées en euros constants. 

Au total, exprimés en euros 2018, la proposition de la commission de budget PAC 2021-27 avec l’enveloppe dite de « relance économique » s’affiche à 352,145 milliards Euros2018, contre 383,6 milliards Euros2018 pour la PAC 2014-2020. 

La Commission propose donc une coupe sévère de 31 milliards € de moins d’aides sur la période, concentrée sur les aides du 1er pilier de la PAC.  

Cette proposition budgétaire n’offre pas de perspective réelle à un secteur économique secoué par la crise, dont la capacité à continuer à produire et prendre soin des espaces ruraux est pourtant vitale mais sur lequel la Commission envisage de mettre des contraintes supplémentaires sans lui donner, in fine, la capacité d’investir massivement pour les techniques et itinéraires de double performance économique et environnementale. 

Au final, moins d’aides, plus d’exigences et de contraintes suggérées aboutissant à moins de revenus et de capacité à investir dans le futur. Le grand écart est manifeste et peu crédible. En outre, il ne présage pas d’une capacité à dégager les moyens suffisants à un véritable plan de relance de la viticulture européenne.