Marché du vin & PAC – secteur vitivinicole européen : des atouts certains…

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BRUXELLES, le 6 décembre 2019 – Le marché mondial du vin est en croissance (x2 en 15 ans) et très internationalisé (45 % des vins sont exportés).

L’UE est l’acteur viti-vinicole le plus important dans le monde : premier producteur, premier consommateur, premier exportateur et importateur de vin.

45 % des surfaces mondiales (3,3 millions ha), 60 % de la production (156 millions hl), 57 % de la consommation et 58 % des exportations en volume (60,6 millions hl) et 64 % en valeur (20,3 milliards d’euros).

Forte de ces résultats, l’UE devance nettement :

  • le « nouveau » monde : USA, Chili, Argentine, Australie, Afrique du Sud ;
  • et plus encore le « nouveau nouveau » monde : Chine, Inde, Brésil, certains pays de l’Est.

Enfin, près de 90 % du secteur est composé de PME.

… et des défis à relever sans tarder !

Ces performances masquent toutefois des évolutions qui doivent interpeler l’ensemble des acteurs de la filière vitivinicole européenne : l’UE perd des parts de marché

  • en volume (80 % en 2000 mais 65 % en 2018… -15 %) ;
  • et en valeur (78 % en 2000 et 71 % en 2018… -7 %).

C’est notamment le cas pour la France qui perd 11 % en volume et 21 % en valeur entre 2000 et 2018.

Il convient donc de tout mettre en oeuvre pour conforter et développer les performances des États membres européens viticoles dont les exportations représentent 22,6 milliards d’euros et une vitale contribution pour l’emploi et la valeur ajoutée des régions européennes viticoles.

DANS LE CADRE DES EVOLUTIONS ACTUELLEMENT DEBATTUES POUR LA FUTURE PAC, L’AREV DEMANDE

à la Commission et au législateur une attention et des mesures concrètes pour :

  • promouvoir les vins européens ;
  • soutenir l’investissement afin d’accélérer la diffusion des nouvelles technologies numériques gages de performance environnementales et économiques ;
  • inciter positivement à la transition de nos systèmes agricoles dans le cadre d’un partenariat renouvelé, basé sur la confiance et les résultats à engranger, entre agriculteurs-viticulteurs et citoyens européens ;
  • garantir la reconnaissance et la protection des IG et AOP dans tous les accords internationaux.

Pour les Régions européennes viticoles représentées par l’AREV, le vin est un atout de notoriété, son commerce une opportunité à cultiver. Dans ce contexte, l’AREV se félicite de la création de l’observatoire de la vigne et du vin récemment mis en place et appelé de ses voeux depuis de nombreuses années.

Cet article est également disponible en : Deutsch English Español Italiano Português

Étiquettes: