L’AREV demande à la Commission européenne un budget extraordinaire pour la relance urgente du marché du vin par le Covid-19

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
  • Le Président de l’Assemblée des régions viticoles européennes (AREV), Emiliano García-Page, a adressé une lettre à la Présidente Ursula von der Leyen, pour lui demander son soutien au vu de la crise actuelle du secteur causée par la COVID19.
  • Outre un plan de relance, l’AREV a suggéré la création d’un groupe de haut niveau chargé de proposer des mesures, pour contribuer à la relance du secteur vitivinicole européen touché par la pandémie. 

Bruxelles, le 12 juin 2020 – L’Assemblée des Régions Européennes Viticoles (AREV) a adressé une lettre à la Présidente du Parlement européen, Ursula von der Leyen, pour obtenir un plan de relance urgent pour le secteur viticole, compte tenu de la situation préoccupante causée par la COVID19. 

Le Président de l’Assemblée des régions viticoles européennes (AREV), Emiliano García-Page Sánchez, a fait part, au nom des régions qui composent l’Assemblée, à la Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, de son inquiétude face à la grave crise que traverse le secteur vitivinicole, en raison de la pandémie du COVID19. 

Par cette déclaration, il a expliqué à Ursula von der Leyen que les régions viticoles européennes nécessitent un plan de relance « réel et urgent » qui puisse renforcer la double performance – économique et environnementale – du secteur vitivinicole. Dans ce contexte, l’AREV a demandé à la Commission européenne de doter d’urgence le marché du vin d’un budget extraordinaire pour inverser cette situation, comme cela a été fait dans d’autres secteurs, tels que les secteurs de la viande ou des produits laitiers. 

Comme l’a indiqué le Président de l’AREV dans sa lettre, le ralentissement économique et la contraction de la consommation dans les prochains mois « aggraveront encore la situation », soulignant l’importance du secteur vitivinicole dans la dynamique de l’économie et son lien fort avec les territoires européens. 

Dans ce contexte, l’AREV a suggéré à la Commission de mettre en place un Groupe de haut niveau sur le vin, composé de représentants de la Commission, du Parlement européen et des acteurs du secteur, qui se réunirait sans délai et formulerait ses recommandations avant la fin du mois de septembre. 

L’enjeu de ce Groupe de haut niveau sera de proposer des mesures pour « promouvoir la revitalisation du secteur vitivinicole et assurer le développement durable des régions viticoles ». 

Mesures urgentes pour revitaliser le secteur vitivinicole 

Premièrement, il est indiqué qu’il sera nécessaire de trouver les outils économiques appropriés à mettre en oeuvre dans les prochains mois, tels que la vendange en vert, le maintien de la distillation et le stockage de crise au-delà de la fin de 2020 ; la possibilité en 2020 d’une tolérance supplémentaire pour l’assemblage des millésimes. 

Secundo, le groupe de haut niveau devrait se soutenir une politique de « promotion plus dynamique sur le marché international et national » et sur la manière d’améliorer la contribution du secteur vitivinicole au développement des régions, par exemple par le biais de l’oenotourisme. 

L’AREV est convaincue qu’un Groupe de haut niveau peut faire des propositions appropriées pour la revitalisation du vin et des territoires européens, et c’est la raison de la lettre du Président de l’AREV au Président de la Commission européenne. 


Basée à Bruxelles, l’Association des régions viticoles européennes, qui célèbre cette année son 32e anniversaire depuis sa constitution, est composée de régions de plus d’une douzaine de pays, dont l’Italie, la France, l’Espagne, l’Allemagne et le Portugal, les principaux producteurs de vin de l’Union européenne qui représentent ensemble 45 % de la surface viticole, 65 % de la production, 57 % de la consommation mondiale et 70 % des exportations en termes mondiaux. 

Cet article est également disponible en : Deutsch English Español Italiano Português

Étiquettes: