La vague de froid arctique en Europe révèle l’urgence de trouver des solutions concrètes au changement climatique

Les effets dramatiques du froid arctique qui a envahi l’Europe ces jours-ci soulignent la nécessité de mettre en œuvre des mesures concrètes de la nouvelle PAC pour un avenir durable du secteur vitivinicole.

Cette semaine restera gravée dans la mémoire de nombreux vignerons la vaine lutte contre les chutes de température allant jusqu’à -9ºC qui ont frappé les vignobles en plein débourrement en Europe centrale, principalement en France, en Allemagne, en Autriche, en Belgique, au Luxembourg, en Slovénie et en Italie du Nord, et qui ont endommagé jusqu’à 100% des vignobles à cause du gel.

A ce stade, il est désormais inutile de se lamenter sur les dégâts causés. Il est temps de tirer la leçon de cet épisode de gel et de prendre en considération la nécessité de mettre en place des systèmes beaucoup plus efficaces pour protéger les viticulteurs contre les risques climatiques de plus en plus importants et dévastateurs qui touchent toutes les régions viticoles européennes.

L’AREV insiste sur le fait que les budgets actuels ne sont pas suffisants. Le plan de relance, ainsi que la future politique agricole et les orientations du Green Deal européen, doivent favoriser une réelle durabilité de la viticulture.

La résilience et la durabilité doivent reposer sur une triade d’investissements, avec un budget dédié, grâce à l’adoption de mesures par la Commission européenne et le Parlement européen :

1) Soutenir les actions en faveur de la viticulture de précision et de la lutte contre le gel, par la mise en œuvre de solutions durables telles que, entre autres, les éoliennes,

2) Promouvoir une politique de promotion dynamique et largement ouverte sur le secteur vitivinicole dans toute sa diversité,

3) Assurer la résilience par des instruments de couverture d’assurance contre les risques climatiques et le développement de fonds de mutualisation pour la stabilisation des revenus des viticulteurs et d’une réserve européenne efficace pour la gestion des crises.

Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons relever avec succès le défi des futures politiques européennes pour l’avenir de l’agriculture et des zones rurales dans l’Union européenne : concilier les attentes de la société, les défis économiques et ceux de la PAC sous le prisme de la double performance : il n’y a pas de bénéfice économique sans plus de protection environnementale et pas de protection environnementale sans bénéfice économique.