Portada » Actualités » Letre ouverte de L’AREV aux Commissaires européens chargés de l’Agriculture et du commerce

Letre ouverte de L’AREV aux Commissaires européens chargés de l’Agriculture et du commerce

Tout d’abord, nous aimerions saisir cette occasion pour vous souhaiter, à vous et à vos équipes, nos meilleurs vœux pour la nouvelle année.

Nous avons pris la liberté de vous faire part de notre profonde préoccupation concernant les régions viticoles d’Europe. 

Nous aimerions attirer votre attention sur le durcissement des droits de douane de l’USTR sur les vins et spiritueux le 12 janvier.   Depuis octobre 2019, a été ajouté des surtaxes douanières à la viticulture européenne, sur différents produits viticoles, et cela, ajouté aux conséquences de la pandémie COVID-19, fait que le secteur vitivinicole traverse une situation très délicate, qui, maintenue dans le temps, devient insoutenable pour de nombreux opérateurs des régions viticoles européennes.

Nous perdons des parts de marché au profit d’autres pays, en raison de facteurs dont l’origine n’est pas liée à notre secteur, en perdant ces parts de marché qui nous ont coûté tant d’années et tant d’efforts et sans, pour l’instant, aucune aide pour compenser ces dommages et soulager la viticulture.

Nous demandons à la Commission européenne d’agir de toute urgence sur trois points :

–  Premièrement, proposer un moratoire de neuf mois à la nouvelle administration américaine. 

– Dans le même temps, proposer des aides compensatoires concrètes pour dédommager les viticulteurs des dommages causés par les surtaxes américaines depuis le 19 octobre 2019.

–  Enfin, de trouver une solution à cette guerre commerciale pour éteindre cette épidémie qui cause tant de dommages collatéraux.

Nous comptons sur votre commission pour à la fois soutenir les exportateurs pénalisés et surtout pour mobiliser le commissariat au commerce afin de trouver au plus vite une issue favorable à ce litige et nous vous proposons la collaboration de l’Assemblée des régions viticoles européennes pour les questions auxquelles nous pouvons contribuer.

Étiquettes: