Veille

Nouvelles techniques de sélection variétales / Veille mensuelle juillet 2020

En juillet, l’actualité a été marqué au Royaume Unis par le rejet par la chambre des Lords de l’amendement du projet de loi sur l’agriculture qui visait à donner la liberté au gouvernement pour modifier la réglementation afin de rendre possible l’accès aux nouvelles techniques de sélection variétale. L’insitution souhaite qu’un débat public soit organisé avant. 

Suite à la déclaration en juin d’un groupe de députés Verts allemands en faveur du recours aux NBT’s, Martin Häusling, porte-parole des Verts/ALE pour l’agriculture au Parlement européen, a souligné que rien n’a changé pour le parti européen des Verts, qui s’est historiquement opposé à cette technologie.

123 instituts de recherche européens demandent à la Commission de revoir instamment la légisaltion sur l’édition du génome. 

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Négociations pour la réforme de la PAC / Veille mensuelle juillet 2020

Le mois de juillet fut marqué par les éléments suivants : 

  • Au niveau du Parlement européen, le différend entre les commissions Envi et Agri perdure ; la première a fait savoir à la seconde que son retrait du processus d’élaboration des amendements de compromis sur le règlement Plans stratégiques ne signifie pas un arrêt du processus de la réforme dans son ensemble. Mais elle a refusé l’invitation de la ComAgri d’une réunion conjointe le 14 juillet. 
  • S’agissant du règlement de transition, la Commission conteste la position adoptée par les colégislateurs d’une transition de deux ans, menaçant de retirer sa proposition de règlement. Dans les faits, elle entend ainsi négocier d’adjoindre des mesures environnementales supplémentaires en échange à son ralliement à la dite durée qui est techniquement incontournable. La présidente de la Commission veut pouvoir afficher 40% du budget PAC consacré à l’environnement dés 2022
  • Réuni pour la première fois sous présidence allemande pour aborder la stratégie F2F, l’architecture verte et la situation des marchés, avec des délégations qui attendent impatiemmment les recommandations de la Commission pour élaborer leurs plans stratégiques, le Conseil s’est accordé pour viser à s’assurer d’une approche générale sur la réforme de la PAC en octobre. Intention que partagent les coordinateurs des groupes politiques de la ComAgri. 

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Négociations pour la réforme de la PAC / Veille mensuelle juin 2020

Le mois de juin fut marqué par :

  • Au sommet informel de Sibiu les 3 et 4 juin, la présidence roumaine du Conseil avait pris acte du fait qu’elle n’aboutirait finalement pas à une approche générale partielle sur les règlements de la réforme, les États membres ne préférant pas aller plus loin dans les négociations en l’absence de perspectives budgétaires.
  • Au Conseil Agricole du 18 à Luxembourg, les ministres louant le rapport d’avancement des travaux sur la réforme ont également relevés les nombreux points qui seront à l’agenda sous présidence finlandaise et qui restent en blocage en l’attente des précisions sur le CFP 2021-2027.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Filière vin / Veille mensuelle mai 2020

Le mois de mai 2020 a continué à être marqué par les effets de la pandémie Covid19. 

La Commission Européenne a publié le 4 mai un ensemble de mesures exceptionnelles annoncées le 22 avril, notamment en faveur du secteur viticole. Le 2 juin, la Commission de l’Agriculture du Parlement Européen a décidé d’objecter à un des actes délégués présentés par la Commission,  considérant que les mesures proposées ne sont pas assez ambitieuses. Elle entend ainsi faire pression sur la Commission européenne

La France et l’Italie ont aussi annoncé des mesures nationales afin de soutenir davantage le secteur viticole.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Nouvelles techniques de sélection variétales / Veille mensuelle mai 2020

En mai, l’Union européenne a dévoilé sa stratégie de la Ferme à la fourchette, volet agro-alimentaire de son Pacte vert. Le génie génétique y figure timidement, et référence est faite à l’étude actuellement menée par la Commission européenne sur la capacité des nouvelles techniques génomiques à améliorer la durabilité tout au long de la chaîne d’approvisionnement alimentaire. 

Au Royaume-Uni, le Parlement fait pression auprès du secrétaire d’Etat à l’environnement pour introduire un amendement stimulant l’innovation génétique dans le projet de loi sur l’agriculture post-Brexit.  

Aux Etats Unis d’Amérique, le gouvernement a adopté un changement réglementaire majeur qui exemptera –  à partir du 5 avril 2021 – certaines plantes génétiquement modifiées de la surveillance du gouvernement, et permettra l’approbation automatique des variations de types établis de cultures génétiquement modifiées (GM), ce qui facilitera leur mise sur le marché.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Vins italiens : baisse des ventes de 20 à 25% prévue cette année

Le secteur du vin en Italie, premier producteur mondial en volume, devrait enregistrer une baisse de son chiffre d’affaires de 20 à 25% cette année en raison des conséquences de l’épidémie de coronavirus, selon une estimation du centre d’étude de la banque Mediobanca publiée mardi. Cela représenterait une baisse du chiffre d’affaires d’environ 2 milliards d’euros.

Le gouvernement français annonce un nouveau programme d’appui au secteur viticole

Le gouvernement français a annoncé 30 millions d’euros de plus pour soutenir le secteur vitivinicole en plus des 140 millions annoncés le 1 mai. Les mesures comprennent : l’ouverture d’une mesure d’aide au stockage privé d’un montant de 15 millions d’euros pour 2Mhl complémentaires à la distillation de crise ; une augmentation de l’enveloppe de distillation de crise de 5 millions d’euros pour les prix d’achat fixés à 78 € / hl pour les vins AOP / IGP et à 58 € / hl pour les autres ; une aide aux distilleries jusqu’à 40 € / hlap pour une enveloppe totale de 10 millions d’euros.